Poster un commentaire

Chroniques du fou noir – Confidences nocturnes

Il fait nuit. Je suis assise face à la fenêtre, une plume à la main. Devant moi, sur le bureau, se trouvent une feuille de parchemin et un encrier. Dehors, c’est l’obscurité totale, je ne parviens qu’à distinguer les branches des arbres de la forêt proche, qui remuent au grès du vent. J’ai toujours aimé la nuit, lorsque plus un bruit ne vient troubler le silence de la pénombre, lorsque plus personne n’est éveillé. Aussi loin que remonte mes souvenirs, je me rappelle que je regardais les étoiles souvent tout en écrivant ce qui me passait par la tête. D’ailleurs, en ce moment, je peux distinguer la constellation du scorpion en levant les yeux. Ce soir, alors que tout le monde dort, je sens mes pensées tourbillonner dans ma tête, mon passé me revient et la même question qui me tourmente depuis quelques années me revient à l’esprit : qu’est-ce que la vie ?
Je suis issue d’une famille de sorciers au sang pur. J’ai toujours été une petite fille épanouie et heureuse. Mes Chers parents étaient si fiers de moi. Mais aujourd’hui, nous sommes séparés. Depuis j’ai du mal à comprendre à quoi rime ma présence sur terre, si c’est pour être loin d’eux.

Hier, j’ai fêté mes onze ans. Comme mes aînés avant moi, j’ai reçu la fameuse lettre avec le cachet de Poudlard, m’annonçant mon admission là-bas. Mes affaires sont prêtes, je partirai dès le matin. J’irai prendre le bus et je me rendrai au Chemin de Traverse. J’y allais souvent avec père, il m’emmenait toujours acheter une glace chez Florian Fantarôme, alors que je n’étais pas plus haute que trois pommes. Mais cela fait quelques années déjà qu’il n’y a plus de glacier sur cette rue à présent. Je suis contente d’y retourner et j’espère pouvoir faire un tour à la boutique de farces et attrapes des frères Weasley. Même s’ils ont fait leur scolarité à Gryffondor, je dois reconnaître que se sont de fabuleux inventeurs. De plus, le meilleur cadeau que j’ai reçu l’année dernière venait de leur boutique : un rêve éveillé. Je l’utilise pour ne pas pensé à père et mère, pour m’évader et me sentir mieux. Les illusions ont toujours étaient chez moi une façon de me protéger en quelque sorte. Mon frère me comprend comme s’il était dans ma tête, comme si nous n’étions qu’une et une seule personne. Heureusement qu’il est là, malgré la distance, je sais que je pourrais toujours compter sur lui quoi qu’il arrive. Je ne fais pas trop confiance aux gens en général, je ne veux pas souffrir encore.

Je n’ai jamais vraiment eu beaucoup d’amis. Autrefois, je jouais beaucoup avec les amis de mes parents. Ils organisaient de somptueuses réceptions et invitaient d’autres familles de sorciers de sang pur. J’étais alors forcée de porter des robes, une vraie torture ! Mais je le faisais pour voir sourire mère, son visage lumineux était la chose la plus belle que je connaissais en ce monde. Évidemment, malgré tous les efforts de mère pour que je sois présentable, je finissais toujours sale de la tête au pied. Heureusement que la magie permettait rapidement d’effacer tout ça sans que ma pauvre mère s’en aperçoive. Je n’ai jamais aimé les froufrous et les dentelles, le jean a toujours été à mes yeux une invention géniale qui seye parfaitement aux jeux auxquels mon frère, nos amis, nos cousins et moi jouions des heures entières alors que nos parents parlaient de leurs ennuyantes histoires de grandes personnes. Je n’ai plus beaucoup de souvenirs de nos anciens amis, je n’ai gardé aucun contact, on m’en a formellement interdit. Je me rappelle juste d’Alevtina, une des uniques filles avec qui je restais. On s’entendait à merveille, jusqu’à qu’elle reparte je ne sais où. Les autres ne m’appréciaient pas vraiment et ce fut réciproque. Je crois que je leur faisais peur et qu’elle me trouvait bizarre. Tout ça parce que je m’amusais à mettre des vers de terre dans leur thé et qu’un jour, j’ai mordu une de ses petites pestes… Elle l’avait bien mérité après tout.

Mis à part ces quelques ennuis sans le moindre intérêt, j’ai toujours été une petite fille bien élevée et bien obéissante. Je faisais ce que l’on me disait de faire, je faisais mon possible pour que mes parents soient fiers de moi. Malheureusement, depuis l’instant où on me les a enlevés, les questions surgissent dans ma tête, m’envahissent et c’est à ce moment que j’ai commencé réellement à penser pour la première fois de ma vie. La question que je me pose toujours en cet instant, s’est imposée à mon esprit avec force et résistance. Qu’est-ce que la vie ? Je n’ai jamais su répondre. À partir de cette période tout était sombre, mais peut-être préférais-je cela à la clarté mensongère. Oui, je le sais, je préfère souffrir et être désespérée, mais penser plutôt que d’être heureuse et n’être qu’une ignorante qui suit les autres sans réfléchir. La vie me paraissait injuste, sans importance. À quoi cela servait-il de vivre ? J’essayais de nier la terrible réponse que pouvait être le rien pourtant, elle me tourmentait, me donnait la fièvre. Une soudaine envie de choquer m’a animée. Puisque la vie n’a aucune importance, qu’importe ce que je fasse, cette chose n’aurait pas plus d’importance. Oui, les humains habitent la terre et pourtant certains ne le mériteraient pas. Les humains naissent, vivent et souffrent puis meurent. Alors à quoi bon vivre ? De plus, les humains se partagent en deux parties : les sorciers et les moldus. Les moldus sont les humains les plus inutiles que compte notre planète. Ils ne savent faire que deux choses : nier la vérité et détruire le lieu de vie. Qu’est-ce donc qu’un moldu ? Pour moi, chaque humain est à égalité lorsqu’il apparaît. Pourquoi y en aurait-il dépourvu de pouvoirs magiques alors que d’autres en regorgent ? Même nous les sorciers n’avons jamais réussi à percer ce mystère, ou peut-être n’avons-nous pas tenté ? D’après moi, la magie est accessible à tous, mais peu de personnes pourront la pratiquer. Depuis toujours, on nous répète que nous sorciers pouvons faire de la magie, car nous avons des pouvoirs magiques spéciaux. Cependant, on ne nous a jamais expliqués en quoi consistent ces pouvoirs ? Est-ce un sujet tabou ? Je le crains et c’est justement parce que l’on n’a jamais eu l’occasion ni le droit d’en parler que j’ai toujours rêvé de le faire. Personnellement, je suis sûre que c’est l’esprit qui fait la magie, voici ce précieux pouvoir que les sorciers ont en eux. L’esprit a tous les pouvoirs, rien ne lui est impossible. J’ai toujours été persuadée que la magie était effectuée par l’esprit, aidée par nos baguettes. D’ailleurs, nos baguettes ne sont pas indispensables, je sais bien moi-même déplacer de petits objets uniquement par la pensée et j’arrive souvent à produire de la magie autour de moi sans le vouloir. Les moldus n’ont aucune excuse. La raison pour laquelle ils sont si dépourvus de talents, c’est qu’ils ne savent pas ouvrir les yeux, encore moins ouvrir leur esprit à la vérité qui règne sur le monde. Ils n’admettent pas certaines choses et c’est par conséquent à cause de cela qu’ils ne savent rien faire d’utile. J’ai toujours détesté les moldus, tout d’abord parce qu’on me disait de le faire puis par la suite de mon plein grès, plus encore qu’avant. Non contents d’être des ignorants et de bannir la vérité, ils se sont crus les maîtres du monde et ont jugé bon de détruire le seul endroit où cette précieuse et si courte vie était encore possible. Certains sorciers racontent qu’une catastrophe sur notre planète pourrait bientôt se produire par la faute des moldus et à cause de leur obstination à toujours inventer des objets qui détruisent la nature au lieu de se servir d’eux-mêmes.

Les sorciers savent la vérité et l’utilisent, mais certains sont encore trop stupides pour faire progresser le monde. Ils aident ces idiots de moldus alors qu’ils ne le méritent pas. Je déteste ces sorciers, peut-être pas avec autant de force que les moldus, mais sûrement assez pour me révolter contre eux. Ils possèdent des capacités d’une extrême utilité mais les gâchent bêtement en s’abaissant au niveau des moldus. Le pire est qu’il s’agit essentiellement des sorciers de sang impurs. Ayant toujours eu des relations avec le monde moldu, ils le protègent avec conviction sans même remarquer leur énorme bêtise. Seuls les sangs purs ont toujours su que les moldus n’étaient pas fréquentables ainsi que leurs protecteurs. Nous seuls avons toujours eu la présence d’esprit de vivre à part, de ne pas se mélanger. Comme l’avait dit le grand Salazar Serpentard, certains sorciers ne sont même pas dignes d’étudier la magie. Au lieu de l’utiliser à bon escient pour sauver notre monde en péril et la sagesse de l’humanité, ils préfèrent l’utiliser pour sauver des gens qui ne méritent même pas de vivre. Un désir de vengeance et une haine farouche m’animent aujourd’hui.

En ce moment, dehors, je vois que le vent se calme, les arbres ne bougent plus. Par contre, je ne vois plus les étoiles, les nuages les masquent. Il est très tard, mais ce soir, les questions me sont revenues, ces pensées qui m’ont toujours intriguée. Je n’ai pas pu résister à écrire. Pourquoi ai-je écris ? Parce que je pense. Je pense à ces questions et je ne sais pas y répondre :

« Pourquoi suis-je là ? Qu’est-ce que la vie ? Qu’est-ce que la mort ? Comment vais-je finir ? »

Il serait peut-être préférable de ne pas penser pour ne pas réfléchir à ces problèmes et vivre en toute ignorance, heureux. Lorsque l’on pense à cela, on est désespéré, triste, sans aucun espoir.

Peut-être que j’aime bien être triste et désespérée. Je crois que j’y aie toujours été, mais j’étais heureuse de l’être. Car moi, c’est justement parce que j’arrive à me poser ces questions que je suis heureuse. Nous sommes les seuls à savoir penser, peut-être est-ce une bonne chose, peut-être pas. Mais moi, je suis heureuse de penser. Cependant pourquoi penser ?

La vie est cruelle, mais pour y être heureux, il faut la prendre comme elle est. Je vais donc dire que je suis heureuse et je vais être cruelle. Je vais être cruelle avec le monde entier comme lui-même l’est avec la vie. Et ça dès demain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :